LA CABINE


Invitation par la cie nathalie béasse  

yannick guédon

résidence du 10 sept. au 17 sept. 2018  
Ouverture studio / vendredi 14 sept. à 19h00



E S P A _ s’articule de manière centrale autour des notions d’espace et de mouvement liées au son.

Cette pièce a capella et sans amplification, de part son dispositif et sa conception, vise à révéler les spécificités acoustiques façonnées par l’architecture d’un lieu. Pour le dire autrement, on cherchera à voir de quelle manière, grâce à une pièce musicale, on écoute un lieu.

Au PAD, Yannick Guédon a travaillé avec Aurélie Maisonneuve et Claire Bergerault sur une première approche de la partition musicale qui a permis une attention sensible aux singularités de chacune de ces chanteuses – performeuses. Lors de cette présentation, Yannick Guédon et Aurélie Maisonneuve auront le plaisir de vous faire découvrir quelques-uns des aspects de la partition.


__________________  

Invitation par la cie nathalie béasse, le collectif BLAST et la cie loba

garden party
jeudi 28 juin 2018 à partir de 18h30
  




la cie nathalie béasse, le padLoba et le collectif BLAST
vous invitent à la garden party du pad

jeudi 28 juin à partir de 18h30 (apportez votre pique-nique)

programme de la garden party :
- Madeleine Fournier (danse)
- Olivier Garraud (exposition dessin)
- Jean-Michel Noël, Compagnie Osteorock (ciné-concert)
- Atelier de tapisserie des Liciers Angevins (ouverture d'atelier)

pour un moment convivial afin de clôturer cette saison 2017/2018 et pour partager ensemble les projets à venir...



peinture d'Harold Williamson
 

__________________  

Invitation par la cie nathalie béasse  


clément aubert

résidence dans la cabine du 16 mai au 28 mai 2018
Ouverture studio / jeudi 24 mai à 18h30




Danse avec le Yak est un solo, une corrida de l'intime fondue en un western contemporain, une épopée quichottesque.
C'est un western de par son esthétique plastique et sonore ; il est aussi quichottesque car s'inspirant des élucubrations et de la poésie du célèbre personnage de Cervantes. Danse avec le Yak est une performance où les figures évoquées et les atmosphères convoquées se nourrissent les unes des autres pour créer un monde onirique fait de frottements et de sonorités, d'images équivoques et de danses obscures et limpides, tantôt sacrées, tantôt grotesques, et souvent des deux.



COPRODUCTION : Avec le soutien du PAD D'Angers à l'invitation de la Cie Nathalie Béasse et résidence de création "Hors les murs" au CCN de TOURS.
ACCUEIL et PRÊT de STUDIO : Service Culturel de l'Université François Rabelais de Tours, avec l'aide de l'Echangeur – CDCN Hauts-de-France (dans le cadre de "Studio Libre"), de la Ménagerie de Verre (dans le cadre de "Studio Lab"), du CDCN de la Briquéterie et de Honolulu/ Nantes, Cie ORO.

Clément AUBERT est lauréat de la bourse Sur Mesure 2019 de l'Institut Français.


__________________ 

Invitation par la cie nathalie béasse   
* résidence partagée avec Honolulu, Nantes

virginie thomas / céline dauvergne

résidence dans la cabine du 14 mai au 28 mai 2018  
Ouverture studio / jeudi 24 mai à 19h00






Dans Lisière, deux performeuses activent leurs voix-corps
en creusant les images inconscientes
et rémanentes
d’un fantasme de campagne.
Leurs mots et leurs corps s’articulent à la lisière
de la poésie sonore, du chant, de la danse.
Elles explorent à travers des partitions,
des histoires individuelles et collectives
dessinant une géographie de leurs campagnes d’aujourd’hui
(périurbaine, néo rurale, bucolique, du savoir domestique,
au visage d’agriculture de supermarché…). 



 _________________  

Invitation par la cie nathalie béasse :  

benoît travers

résidence du 6 au 13 mai 2018
 


ÉBRÈCHEMENTS/PROJET NOMADE/2018/2019  

Benoit Travers et Stephan Riegel, artiste associé  

être là / faire acte / être là d’un événement / maintenir une action / maintenant / répétitive / maintenant pour la durée / main tenant / un outil seul de relation / à la métamorphose / l’objet se soustrait / par le corps / par son ébrèchement / désoeuvrement / en creux / en impact / un déploiement / possible



Mettre en œuvre l’exploration d'un dispositif performatif et sculptural autour d’un geste unique, celui de marteler avec comme seuls outils des marteaux et des massues. 



C’est un processus d'engagement endurant et rythmique du corps sur la durée convoquant sa résistance, son adaptation comme celle des objets en transformation. 

Ces objets martelés sont ceux utilisés dans le quotidien professionnel des ouvriers de chantier : Boîtes à outils, brouette, échafaudage et container de stockage. 

Au PAD nous travaillons un échafaudage en aluminium.

Aussi il nous intéresse d’occuper les espaces dans lesquels nous travaillons, s’installer et vivre au quotidien en immersion.



Partenaires :

PAD/invitation par la cie Nathalie Béasse

Le fonds de dotation KATAPULT de Wilfried Pasquier

La Direction des affaires culturelles de la Loire Atlantique avec l’Aide à la création

Captation photographique et vidéo : Captation réalisée en collaboration avec Catherine Renaudin, photographe



Résidence de création au PAD à Angers du 6 au 13 Mai 2018

Restitution de résidence le samedi 26 Mai 2018, chez Wilfried Pasquier à Nantes

contact: Benoît Travers/benoittrav@gmail.com/06 64 52 48 82
 
-->


 _______________________ 



Invitation par la cie nathalie béasse :  

justin palermo (installation photos)

ven.16 mars 2018 à 19h vernissage
exposition du 17 mars au 14 avril (du mardi au samedi de 12h30 à 18h30)




covering is revealing

Je suis fasciné par les accumulations infimes de la vie d'une personne. Je suis encore plus fasciné par les résidus, traces et restes. Je cherche une façon d'utiliser ces matériaux afin de raconter une nouvelle histoire - une histoire que nous avons pu connaître par fragments, mais jamais tout à fait dans son ensemble. Les histoires nées de ce travail ne peuvent pas être énoncées clairement. Ce sont des 'narrations' sans début ni fin constituées davantage de vides que de solides.

En regardant toutes ces photographies, glanées sur les marchés aux puces, ces instantanés remplis de quotidien et de tout ce qui nous est familier, j’ai ressenti l’urgence de les recouper, de les couvrir, de les obscurcir et occulter avec des paillettes, des confettis et tout ce qui me tombe sous la main. Ce projet en cours depuis 10 ans recherche ce qui se passe quand quelque chose de nostalgique et personnel se confronte aux matériaux de pacotille, jetables et éphémères. Chaque photo subit une sorte de dissimulation et le paradoxe est qu'à travers celle-ci quelque chose est révélé dans une nouvelle clarté.



www.justinpalermo.com/palermo
www.coveringisrevealing.com


_________________  

Invitation par la cie nathalie béasse   
* résidence partagée avec Honolulu, Nantes 
kidows kim

résidence 15 février au 9 mars  2018 Ouverture studio / mercredi 7 mars à 19h30





Le nuage de brouillard fluorescent Partie 1

En ce moment un sujet me trouble: la communication.
Je voudrais rechercher une nouvelle manière de communiquer entre deux êtres. Nous allons observer, étudier une communication qui nous est propre. Nous allons communiquer d'une manière unique et intime.
Les quelques fragments que nous vous présenterons permettent d'associer un ensemble de moyens et de techniques propre à la diffusion.
Ces différents moyens comprennent le langage parlé, le langage écrit, le geste, la posture, l'expression, le chant, la danse.
Nous sommes tous capable, humain ou animal d'utiliser une de ces formes de communication. Quelle est alors notre façon à nous communiquer?
 

création et interprétation : Kidows Kim, Lara Gouix   
vidéo : dans ta chambre
 _______________________  

Invitation par la cie nathalie béasse :   
tidiani n'diaye

résidence 1 au 12 février  2018 Ouverture studio / lundi 12 février à 17h


WAX


À l’origine de WAX, une réflexion sur mon travail, toujours la même,  formulée de mille et une manières, la recherche systématique de la «tradition africaine», de la «danse noire», de la revendication de mon «africanité». Jusqu’à présent dans mon travail, j’avais toujours préféré et distingué le poétique du politique, pensant peut-être naïvement que cela me protégerait de certains débats.
Le wax c’est l’expression complexe de la dépendance et de la domination coloniale, de sa violence sourde et durable. Mais le wax c’est aussi une revendication, car aujourd’hui le monde a intégré l’idée que ces tissus sont « africains ».

Le wax a été produit au XIXeme siècle par les colons hollandais s’inspirant du batik javanais, dans le but de créer un produit spécifique pour la consommation « africaine ». Les motifs ont été dessinés par les européens pour faire « africain ».

Chorégraphie : Tidiani N'Diaye
Interprétation : Souleimane Sanogo et Louis-Clément Da Costa
www.copiercoller.info


 _______________________ 

Invitation par la cie nathalie béasse :   
madeleine fournier

résidence 15 au 22 décembre  2017 Ouverture studio / vendredi 22 décembre à 19h



Labourer


"Lorsque je danse, j’imagine que le mouvement est déjà là, à la fois dedans et dehors, comme une force libre et indépendante, ne connaissant pas de frontière ou de hiérarchie. Dans Labourer, je convoque le mouvement à travers une figure de la porosité, à travers un corps qui se propose comme alternative à une opposition binaire entre le monde intérieur et le monde extérieur, le monde de la sensation et le monde de la forme, le monde social et le monde domestique, le monde humain et le monde végétal. Cette figure est visitée par une série de gestes archétypaux venus de son inconscient. La danse, entre mouvement et geste, est un bras de fer entre ce qu'elle bouge et ce qui la bouge. » MF

Création et interprétation Madeleine Fournier
Dispositif sonore et musique Clément Vercelletto
Lumière et espace Pierre Bouglé
Chargée de production Marie Seguedy
 

www.cargocollective.com/madeleinefournier

-------------------------------------------------------------------------------------
Invités par la cie nathalie béasse :  
wilfried thierry

résidence septembre et octobre  2017 Ouverture studio / vendredi 20 oct à 19h







PAUL



À l'issue d'une première résidence de recherche au PAD, avec le soutien de la Compagnie Nathalie Béasse, nous vous invitons à découvrir une première étape de travail du spectacle PAUL - Voir les arbres plutôt que la forêt.

Conception et interprétation : Wilfried Thierry
Sous le regard bienveillant de Tanguy Malik Bordage
Avec l’aide précieuse d’Élisa Lécuru
Avec la participation de Cathy, Yohann et Paul Gémin

"Paul est un petit garçon aux yeux étrangement fixes.
Un bébé dont les rires, sonores, ne se lisaient pas sur le visage. Un enfant d’abord diagnostiqué sourd.
Un garçon atteint de troubles envahissants du développement. On dit aussi autisme.
Paul parle avec ses mains, quelques gestes.
Paul semble souvent absent du monde.
Quelle est l’histoire de ce jeune garçon de 11 ans ? Qu’est-ce que sa différence dit de nous ? De moi ?
Je ne souhaite pas faire un spectacle sur l’autisme.
Je veux tenter de raconter la vie d’une personne.
Chercher les formes qui racontent sa préhension du monde. Je veux creuser le commun.
Chercher la transe anxiolytique.
Montrer, sentir, vibrer.
Écrire une lettre à Paul, mon neveu. »
Wilfried Thierry



 _______________________  

Invités par la cie nathalie béasse :  
Katerina Andreou

résidence du 28 août au 17 september 2017 Ouverture studio / à confirmer



-->
b a s t a r d o



Chorégraphie/Performance : Katerina Andreou

Regard Extérieur/Assistance : Myrto Katsiki, Anne Lise Le Gac, Pepa Ubera

Son/Création Vinyl : Katerina Andreou et Jacob Garet

Lumières/Espace : Yannick Fouassier



Bastardo est un solo qui se base sur l'idée d'impureté et d’hybridation. Et si le concept de pureté n'était qu'une fabrication culturelle et que tout n’était constitué que d'un matériau bien plus complexe ? L'importance ne s'accorderait donc pas à l'origine mais à la fonction finale ?

Inspiré par la culture et la pratique de la House musique, ce projet s’articule autour de  l'écriture d'une danse basée sur le concept d'une pure impureté, et la création d'un disque vinyle conçu à la fois comme élément scénographique, outil et source du discours politique et poétique d'une figure abâtardie et libre de tout enfermement.



 _______________________  


Invités par la cie nathalie béasse : 
Sarane Lecompte & Justin Palermo (La Possonnière)

résidence du 1 au 26 mai 2017 

Ouverture studio / Justin Palermo le lundi 22 mai à 19h
Ouverture studio / Sarane Lecompte le mercredi 24 mai à 19h

Justin Palermo
Pour chaque solution il y a un problème

Je suis obsédé par les situations d’échec, par le fait de voir quelqu’un tenter une tâche impossible; ne pas réussir, faire une deuxième tentative futile, peut-être une autre encore, flirter avec cette zone de flou avant d’adopter une nouvelle stratégie…
L’échec n’est pas toujours tragique. Il peut manifester une insistance qui n’a cessé de se transformer: Essayer de disparaître. Essayer de briller. Essayer de grimper l’air. Essayer de danser sans toucher le sol. Essayer d’être dans deux endroits différents à la fois. Voilà des tâches impossibles qui se basent sur l’acceptation du fait qu’on n’y arrivera pas. Voilà les pistes que je veux essayer afin de présenter ensuite toutes les preuves de cette fidélité à l’échec.
 

www.justinpalermo.com/palermo/HOME.html

www.coveringisrevealing.com


Sarane Lecompte









Devinette: Monsieur et Madame Prane ont une fille, comment s’appelle-t-elle?



Est apparu le problème du stockage, la gêne face à mon compagnon qui n’apprécie guère mes ramassis éparpillés ici et là au travers de notre maison déjà un peu petite… dans un carton discret derrière les toilettes, dans un sac de voyage sous le lit, à la cave dans un plus grand carton, dans une boîte en plastique solide pour les protéger des souris, dans une seconde, dans une poubelle grandeur d’homme… Dessiner sur chacune d’elle ? Si j’en dessine deux par jour pendant un an, je n’aurai pas fini, si j’en dessine cinq par jour, je n’aurai toujours pas fini. Étant donné que ma collection s’agrandit de jour en jour, je n’aurai jamais fini. Mais au moins je peux voir combien j’en dessine en 38 jours.

Finalement, c’est un petit peu comme de porter un matelas trop lourd, ca m’a toujours fait rire. Ne pas y arriver mais y arriver quand même un peu.



Pour Sarane, les frontières entre le dessin, la photographie, la vidéo, la danse, l’écriture et l’art de l’interview sont délibérément floues et mêlées dans une recherche idiosyncrasique du langage et du caractère malléable des mots: Notre besoin de communiquer est si fondamental ainsi que notre sentiment de vulnérabilité dans le monde que nous créons du langage.



Le dessin est une écriture, il permet de sauver de la dispersion.



 
 _______________________  


Invités par la cie nathalie béasse :  
Pierre Berthet & Rie Nakajima

Ouverture studio / concert le lundi 13 mars à 20h30
dans le cadre du festival sonic protest 
 


Depuis 2013, Pierre Berthet et Rie Nakajima unissent leurs imaginations pour développer un projet musical mettant en scène des plantes mortes et tout un bric-à-brac plus ou moins motorisé. Entre concert participatif et installation sonore, leurs performances sont toujours empreintes d'une grande poésie. Quelques actions fragiles mènent vers une improvisation pour ballons de baudruche, gouttes d'eau, fils d'acier, sifflets, boîtes de conserve, bidons en tous genres, résonateurs homemade, feuilles sèches d'agave, plumes et autres déchets.

Pierre  Berthet a étudié la musique expérimentale aux côtés de Frederic Rzewski (Musica  Elettronica Viva) et d'Henri Pousseur. Il se passionne très tôt pour le travail sonore d'artistes  comme Alvin Lucier, Ellen Fullman, Terry Fox ou Paul Panhuysen et accompagne pendant  une dizaine d'années Arnold Dreyblatt et son "Orchestra of excited strings". Interprète du  "Galileo" de Tom Johnson, il aime par dessus tout "prolonger" instruments de musique et  objets. Sa rencontre avec le luthier sauvage Frédéric Le Junter donne naissance à un  incroyable duo de chansons brutes. Depuis 1990 il réalise aussi des installations sonores et  visuelles inspirées et adaptées par les lieux où elles sont exposées. Ses installations sont  également des formes activables pour des concerts.

On retrouve le même type de  préoccupations chez Rie Nakajima qui réagit autant à la physicalité des espaces qu'en  trouvant par hasard des objets et des matériaux qu'elle motorise et place en regard de  l'architecture environnante. Elle développe un intense travail de collaboration qui l'amène à  montrer son travail un peu partout dans le monde avec David Toop depuis 2013, Keiko  Yamamoto et le projet musical 'O YAMA O', David Cunningham, Miki Yui, Guy De Bièvre et  Marie Roux. Elle réalise des performances avec Angharad Davies, Clive Bell, Johan  Vandermaelen, Lee Patterson, Shuichi Chino, Daichi Yoshikawa, Junko Wada, Lau Nau,  Phill Niblock entre autres.


vimeo.com/164723199

www.rienakajima.com

pierre.berthet.be

www.sonicprotest.com




_______________________  

Invités par la cie nathalie béasse : 
David Boidin & Loredana Lanciano (Angers)

résidence du 9 au 21 janvier 2017
Ouverture studio le jeudi 19 janvier à 19h



ARFALLINA INTREPIDA
Construit sa renommée à travers des actions légendaires et des exploits surhumains !
Elle enregistre un disque rempli de chansons soudaines et provisoires, avec des arrangements temporaires et un tempo a cœur ouvert.
Elle prepare un concert/installation fragile, chaotique et sûr de soi.
 Au Pad elle presente sa « Chrysalide »,
une demi heure de brouillon sonore et sa resolution.
Le jeudi 19 janvier à 19h.

QUID
les choses
Il y a des moments ou la seule possibilité de s’en sortir est de s’envoler, fuir, quitter, survoler, se cacher. C’est un leurre, on y parvient rarement.
Mais un petit vol, une virée soudaine, vite reconduite, un léger changement de trajectoire, soulage l’âme et réconforte la pensée.
Recadre la respiration en vue de la prochaine crise de panique. Intrépides et prudents, nous sommes les vengeurs masqués armés de rêves.
Parsemer la musique de chansons insolubles. Les distraire ensuite avec des sons, pour mieux s’envoler.
Nos chansons insolubles se surprennent des nouveautés qu’elles trouvent dans l’improvisation, elles en profitent pour se structurer davantage pour la prochaine fois, ou elles trouveront d’autres surprises et feront sortir notre double aux super pouvoirs !
Pour une musique volatile, impromptue et vivante.
Une modification infime des conditions initiales peut entrainer des résultats imprévisibles.

QUOMODO
Historique de la Farfallina : 3 phases pour l’envol.
2016 - Chenille : les sons et la musique. Enregistrer et réaliser le disque.
2017 - Chrysalide : imaginer le système sonore de scène et l’installation visuelle, une ligne centrale, miroir, séparés et unis à la fois. Pas de limites latérales. Le public aile gauche et aile droite. La musique bipolaire.
2017 - Papillon : Concert/Installation. Beiges et noirs comme la Bombyx de l'ailante

QUIS
les super héros
David Boidin : guitare, machines, Revox.
Loredana Lanciano : voix, instruments, bruit.
GWENN LABARTA : la cigale son
SORAYA SANHAJI : la luciole lumiere

https://fr.ulule.com/farfallina-intrepida/
https://soundcloud.com/farfallinaintrepida


_________________________________  

Invités par la cie nathalie béasse :  
Flop (Brain sur Longuené)

résidence du 5 au 23 décembre 2016
Ouverture studio le mercredi 21 décembre



 
Travel - llllling

Une installation de lumière en mouvement





Devant et en parallèle du mur, une sorte de « rail-étagère » motorisé sur lequel coulisse un mécanisme associant un réveil à deux lampes. L'une éclaire au raz du sol, l'autre, un peu plus haute, éclaire en oblique.

Comme un travelling, ces lumières effectuent des mouvements d'aller-retours, de va & vient à différentes vitesses et révèlent ainsi sur le mur un « paysage-temps » construit des reflets et des ombres d'objets disposés à terre.

Lorsque les lampes se déplacent rapidement, ce ne sont que ombres, matières colorées, abstraites qui apparaissent. Lorsqu'elles vont très lentement, s'accomplit alors sous nos yeux un paysage insoupçonné,

qui a sa vie propre, … mais qui est très éphémère.


_________________________________


Invités par la cie nathalie béasse :  
Aline Landreau (Nantes - Berlin)

résidence du 7 au 12 novembre 2016, et 28 novembre au 3 décembre 2016
Ouverture studio le vendredi 2 décembre à 18h


 photo : Roger Rossell / Aline Landreau





Underneath



Nous vivons actuellement des temps de grande instabilité socio-politique et économique et nous nous retrouvons, de plus en plus, avec la sensation d’un plancher se dérobant sous nos pieds. Avec son nouveau travail Underneath, la chorégraphe française Aline Landreau, basée entre Nantes et Berlin, explore cette sensation de perte de sol et la façon dont on peut le retrouver, voire se le réapproprier, par une attention portée aux différentes notions de fondation et de (sous)terrain : Quelles structures nous portent donc, autant sur le plan concret que métaphorique?



Underneath est une pièce chorégraphique dans laquelle le corps dansant négocie en permanence entre verticalité et horizontalité et partage cette recherche d’équilibre avec le public. Les spectateurs sont installés dans un espace où l’univers sonore vibrant, le réseau de lumière en constante modulation et le plan volatil de particules de la scénographie, révèlent notre besoin de stabilité et de communauté, quand bien même temporaire.



www.alinelandreau.com

_________________________________
 

Invités par la cie nathalie béasse :  
Francesca Baglione (Angleterre)

résidence du 17 au 24 novembre 2016
Ouverture studio le samedi 19 novembre 2016 à 19h




 







Orchestral Manoeuvres in Live Art
 

Suite à sa résidence au PAD en 2014 où ‘Audition Project’ a été imaginé, Francesca Baglione revient en 2016 pour développer le prochain projet de Miss High Leg Kick.

Cette nouvelle performance explore les possibilités du ‘Live Art’ dans le contexte des championnats de danses des années 80, des spectacles de variétés et de music-hall et d’un orchestre symphonique.
ouverture public le samedi 19 novembre à 19h.


Audition Project Live et projection de l’événement.
Apprenez les pas de danse tirés de la scène d’audition du film Chorus Line (1985) - dirigé par Miss High Leg Kick, Abi Cunliffe and Reggie Roberts. Aucune expérience préalable dans la danse ou talent n’est nécessaire.  


www.auditionproject.com
www.misshighlegkick.com

 



_________________________________

Invités par la cie nathalie béasse :  
Aline Landreau (Nantes - Berlin)

résidence du 7 au 12 novembre 2016, et 28 novembre au 3 décembre 2016
Ouverture studio le vendredi 2 décembre


 photo : Roger Rossell / Aline Landreau


-->



Underneath



Nous vivons actuellement des temps de grande instabilité socio-politique et économique et nous nous retrouvons, de plus en plus, avec la sensation d’un plancher se dérobant sous nos pieds. Avec son nouveau travail Underneath, la chorégraphe française Aline Landreau, basée entre Nantes et Berlin, explore cette sensation de perte de sol et la façon dont on peut le retrouver, voire se le réapproprier, par une attention portée aux différentes notions de fondation et de (sous)terrain : Quelles structures nous portent donc, autant sur le plan concret que métaphorique?



Underneath est une pièce chorégraphique dans laquelle le corps dansant négocie en permanence entre verticalité et horizontalité et partage cette recherche d’équilibre avec le public. Les spectateurs sont installés dans un espace où l’univers sonore vibrant, le réseau de lumière en constante modulation et le plan volatil de particules de la scénographie, révèlent notre besoin de stabilité et de communauté, quand bien même temporaire.



www.alinelandreau.com
 
__________________________________

Invités par la cie nathalie béasse :  
Enora Böelle, le joli collectif (Hédé)

résidence du 17 au 22 octobre 2016,

 
-->
J’ai écrit une chanson pour Mac Gyver

Conception, écriture, jeu & mise en scène / Enora Boëlle
Regard chorégraphique / Corinne Duval
Regards extérieurs / Vincent Collet, Damien Krempf & Robin Lescouët
Production / Le joli collectif


Enquête sur une période donnée. Retour sur une période définie balayant une dizaine d’années. Recherche autobiographique pour rencontrer, avec 20 ans de recul, cette adolescente pleine d’illusions.
Interroger cette jeune fille, faire une re-connaissance, un état des lieux de ce qui reste d’elle. Quelles traces, quel dépôt remuent au fond et agitent la conscience présente?

Il s’agira d’éprouver au plateau ces souvenirs, les activer physiquement, corps et parole mêlés.


« Et nos rêves, tu t’en souviens de nos rêves? Quand on était dans les hangars et qu’on sentait monter la fièvre… » Suprême NTM, 1993


------------------------------------------------------

Invités par la cie nathalie béasse :  
Stefano Canapa et Antoine Birot (Paris - Angers)

résidence du 5 au 7 septembre 2016,
Ouverture studio le mercredi 7 septembre à 19h
















WAVELENGTH est une performance image / son.

Il s'agit d'un travail de recherche autour de la notion de signal.
" A l' ère du tout numérique nous avons cherché du coté du signal analogique.
Les sons et la plupart des images 16mm qui sont re-travaillées en direct sont fabriquées à partir d'un Générateur de Basses Fréquences (GBF) en manipulant l'amplitude et la fréquence du signal électrique.
Nous avons cherché à explorer l'étendue du signal électrique en manipulant son amplitude et sa fréquence.
Notre vocabulaire est celui de la musique électronique et du cinéma expérimental. Notre conversation est improvisée.
Musique répétitive ou déstructurée, musique accidentelle, infrabasses, samples des ondes, des plugs et crépitements dialoguent avec des grains d'argent en perpétuel mouvement - images argentiques en loop ou séquences préparées.


 
___________________ 

Résidence croisée :
cie nathalie béasse (Angers) / Le Volapük (Tours)

Katerina Andreou (Angers)

résidence au Volapük du 11 au 17 juillet 2016


A kind of pierce

Il y a toujours une question qui me trouble et qui tourne autour du seuil constant de négociation entre autonomie et autorité. En suivant cette obsession, mon travail a été focalisé sur des démarches qui remettaient en question sur l'instant le mécanisme des prises de décision. Une illusion de « libre arbitre », certes mise en scène, mais qui produit une constante plongée dans l'action. Une illusion de liberté.
A kind of fierce, est un solo, un terrain de jeu où les règles s’inventent pour être manipulées à la recherche d'un type d'audace. À travers une prise d’élan ininterrompue, je cherche à aiguiser mon regard de l'instant sur l'instant, à être si attentive à mes impulsions qu'elles se confondent avec ma lucidité, avec ma place, ici, face à vous et avec vous. J'ai envie d'une danse qui joue avec le contraste et sa propre naïveté ; qui lutte contre l'idée du temps, contre la nostalgie ; le regret ; la peur ; la fatalité ou même l'espoir. Une danse où tout importe et rien n'est important. Ma danse ''libre''.

Chorégraphie/Interprétation : Katerina Andreou
Son : Katerina Andreou en collaboration avec Eric Yvelin
Eclairage: Yannick Fouassier ou Florian Leduc
Régard exterieur: Myrto Katsiki
Production: Association Mi-Mai
Co-production: Festival of Athens , Ateliers de Paris Carolyn Carlson, Le Quartz (Brest),
Avec le soutien de : CND (Paris) in the frame of the dispositif résidence augmentée, Honolulu-Loic Touzé/ORO (Nantes) in partnership with La Métive (Creuse) and Le Pad La cabine (Angers), Espace Pasolini (Valenciennes), le Volapük (Tours)













http://www.levolapuk.org
 
__________________

Invité par la cie nathalie béasse : Valentin Verron (Angers)

résidence dans la Cabine du 1er au 17 juin 2016 ouvertures studio les 16 et 17 juin de 10h à 19h

Bienvenu dedans

"C'est une histoire que j'ai inventé il y a deux ans, quand je n'étais pas du tout en paix avec celui que j'étais. Elle me servait de refuge, de réalité secondaire. Aujourd'hui elle est un prétexte pour dessiner. Je la ré-illustre sans cesse, je la laisse évoluer comme j'évolue et refuse de lui fixer une forme définitive. J'avais été assez sincère en l'imaginant pour y repenser sans m'en lasser. Cette fois, elle et moi investissons l'espace de la cabine du PAD, pour un temps cours. Un décor en dessin, réalisé lors de deux semaines de résidence, devient le support narratif de ce conte bizarre. Croisant, chassant, maitrise et spontanéité, automatismes et maladresses, le dessin est encore la meilleure façon de m'exprimer. C'est une pratique à laquelle je suis fidèle, qui exige peu de moyen et que je peux expérimenter à l'infini."


















http://www.titival.com
 
___________________ 

Invités par la cie nathalie béasse :  Neil Callaghan & Simone Kenyon (Angleterre)

résidence dans la cabine du lundi 18 au mercredi 27 avril 2016,
ouverture studio le mercredi 27 avril à 15h














Atmospheric Bodies est le titre du dernier projet de la compagnie.
Ayant récemment travaillés pour des galeries et des lieux en extérieurs, Neil & Simone désirent aujourd'hui se concentrer sur un espace scénique intérieur, sur l'idée d'atmosphère chorégraphique.

Atmosphère : une qualité distinctive mais intangible qui entoure une personne ou une chose.

Le mouvement des corps dans l'espace comme centre d'intérêt et comment prendre en compte l'atmosphère à l'intérieur et autour de ces corps.
Réunissant l'éclairage, le son, des éléments sculpturaux et des partitions chorégraphiques, Neil & Simone cherchent à créer des atmosphères sensibles apparentes et pourtant imperceptibles.

Curieux de la façon dont l'expérience vécue de cette atmosphère concerne l'état subconscient, ils trouveront des images qui parlent et pénètrent l'imaginaire du public.
La proposition consiste à présenter dans les espaces de diffusion, et ici à la cabine du pad, une série d'images et de chorégraphies qui se mêleront et se transformeront lentement à travers des atmosphères intimistes et sensibles.
Avec ce travail Neil & Simone veulent percevoir notre ressenti de l'espace autour de nous et entre-nous, humains, non-humains, les objets, les lieux.
Atmospheric Bodies ne permettra pas seulement au public de vivre l'expérience de ces atmosphères, mais lui permettra de prendre conscience de sa propre perception à travers ces ressentis uniques.

La collaboration entre Neil Callaghan et Simone Kenyon a vu le jour en 2006, leur travaux évoluent entre la danse, les arts visuels et le théâtre, ils sont présentés dans les galeries et les théâtres conventionnels comme dans des sites spécifiques et des paysages traversés. Le cœur de leur travail est le corps et leur relation à l'espace. Ils explorent les modes de perception et attirent notre attention.
Leurs créations ont été joué à la Hayward Gallery, à Sadler's
Wells, et à Nottdance, entre autres.

Après leur résidence au Pad, Atmospheric Bodies sera accueilli en Angleterre à The Point à Eastleigh et à Dance4 à Nottingham.
Atmospheric Bodies reçoit l'aide pour les programmes d'arts du Art Council England (ACE),
la première aura lieu en février 2017.


 http://www.neilandsimone.co.uk/

___________________  

Invitée par la cie nathalie béasse : Sarah Pellerin-Ott (Angers)

résidence dans la cabine du lundi 4 avril au vendredi 15 avril 2016
ouverture studio le vendredi 15 avril à 16h


 La flemme  


Pour ce premier projet en solo, c’est d’abord le titre qui est apparu : la flemme. Ce titre est mon point de départ.
La flemme me fait un effet double, une attraction-répulsion : le mot m’apparaît riche de réflexion et m’assomme s’il s’agit de me mettre en mouvement. L’enjeu est de tenter, au sein de cette ambivalence, un ressort pour créer une danse.
Je souhaite chercher, à travers le langage, un endroit de mouvement. Il sera question d’étymologie, de philosophie, de littérature, de médecine médiévale et de solitude.
Je me demande a priori si l’état de flemme peut engendrer de l’action.
Le laisser faire est-il un acte en soit ?
 

Formée au CNDC d’Angers puis au CDC de Toulouse, elle a été interprète pour différentes compagnies de danse et de théâtre. En 2010, elle créer Marches, une pièce poétique et sonore, en collaboration avec cinq musiciens. Puis, en 2013, la pièce chorégraphique Fertiles fantaisies à l'occasion de la semaine de la francophonie dans le Caucase. 
Elle collabore depuis 2006, avec le collectif Eda en tant que co-auteur et intervient régulièrement auprès de différents publics pour transmettre l’expérience de la danse contemporaine. 
A partir de 2016, Sarah se forme au Body-Mind Centering®, une pratique somatique qui étudie le corps en mouvement par l'expérience. 
En contrechamp de la danse, Sarah écrit. 

___________________ 

Invité par la cie nathalie béasse : Benoît Travers (Nantes)

résidence dans la cabine du lundi 8 au vendredi 26 février 2016 
















Faire acte de présence 

PERFORMANCES

Ouvertures studio :

Walkie-Talkie#1  
jeudi 11 février à 18h30
Lecture performée d’un texte sur la présence et la parole performative inspiré des écrits du philosophe Ludwig Wittgenstein.

Faire acte de présence  
du lundi 8 au vendredi 12 février, en continu
Réalisation performative de 5 jours pour plaques de métal martelées.

Point de rupture
mercredi 17 et jeudi 18 février de 14h à 18h
Protocoles performatifs avec Wilfried Nail

Variations Wittgenstein 
mardi 23 et mercredi 24 février de 14h à 18h
Protocoles performatifs avec Stephan Riegel

Une liste de projets  
du lundi 8 au vendredi 26 février
Performance/réalisations à partir de tous les projets imaginés, non réalisés à ce jour, numérotés de 1 à 107, provenant des archives de carnets de notes depuis 1994.

le site internet de Benoît Travers : http://benoittravers.blogspot.fr/

___________________
 

Invitée par la cie nathalie béasse : Elisa Lécuru (Angers)

résidence dans la cabine du 28 novembre au 8 décembre 2015
ouverture studio le mardi 8 décembre 2015 à 19h00. 




Orphée
Première étape de création

Cette nouvelle écriture du mythe revisite le parcours d'Orphée du geste qui provoqua la disparition d'Eurydice à son errance sans but. J'ouvre ici la question de la représentabilité de cet acte radical qu'est le retournement d'Orphée et propose plus largement une réflexion sur les conséquences de nos actions. 

Cette écriture au plateau s'appuie sur la construction de séquences scéniques, composées de lignes d'actions mêlant corps et texte / voix. Dans une volonté post-dramatique, je suis en recherche d'une composition non-linéaire. Je construis cette pièce à partir de l'association de plusieurs dimensions: la transcription physique de situations, ma parole personnelle et la réécriture du chant d'Orphée. L'idée est de réaliser une pièce hybride qui rassemblerait différents matériaux (le corps, la voix, le son, l'image) pour donner au spectateur une version organique et sensible du mythe. 

What have I become?
My sweetest friend
Everyone I know
Goes away in the end
You could have it all
My empire of dirt
I will let you down
I will make you hurt
(Hurt, Nine Inch Nails, 1995)

Elisa Lécuru / Collectif PLATOK
Écriture, conception et interprétation : Elisa Lécuru
Mise en scène : Damien Blumenfeld
Scénographie, création lumière et jeu : Alice May
Régie Technique : Thibaud Lacas
____________________

Invitée par la cie nathalie béasse : Raphaël Ilias (Angers)

résidence dans la cabine du 16 novembre au 22 novembre 2015
- lundi 16 novembre à 19h / conférence
- mardi 17 au samedi 21 novembre 15h-20h / déploiement ouvert au public
- dimanche 22 novembre à 17h / clôture conviviale


COPYRIGHTED SILENCE  est à la fois un contre-automate opérant sur les produits de l'industrie culturelle, une manufacture portable de CD-R, une transgression mécanisée du droit d'auteur, une démo de développement opensource, une usine parodique et une exploration macrophonique du relatif silence dans les oeuvres phonographiques.

session#1 PROOF CONCEPT est une première étape de prototypage pour le projet ; prenant pour titre le nom de cette phase du process industriel où l'idée est mise à l'épreuve en condition réelle, il s'agira de présenter au public le concept du projet et de se saisir pendant une semaine de la Cabine, espace d'exposition et de résidence, pour y mettre en place et à l'oeuvre le dispositif.

CONTACT : Raphaël Ilias / phae.ilias@gmail.com


____________________

Invitée par la cie nathalie béasse : Katerina Andreou
dans le cadre d'un partenariat avec Honolulu, Nantes

résidence dans la cabine du 17 octobre au 31 octobre 2015
ouverture studio le vendredi 30 octobre 2015 à 19h00.





 Kind of fierce  (titre provisoire)

“Le héros “furieux” serait celui qui sait pleinement vivre l'instant présent et apprécier ce qui arrive au moment où cela arrive ” (Giordano Bruno)

Il y a toujours une question qui me trouble et qui tourne autour du seuil constant de négociation entre autonomie et autorité. En suivant cette obsession, mon travail a été focalisé sur des pièces-dispositifs qui remettaient en question sur l'instant le mécanisme des prises de décisions. Une illusion de libre arbitre mise en scène mais qui produit une constante plongée dans l'action. Une illusion de liberté.
Kind of fierce, est un solo où tout démarre par une hypothèse-principe personnel : et si la pratique de l'audace, dans toute sa subjectivité, était la clé pour une experience d'émancipation et de liberté ?
Tout en m'appuyant sur des traces historiques et contemporaines autour de ce rapport danse-audace-liberté, je veux jouer avec les contrastes possibles et m'emanciper de l'autorité de l'héritage ou du destin. J'invente une danse qui lutte contre l'idée du temps : une danse-antidote à la nostalgie, au regret, à la peur, à la fatalité ou même à l'espoir. Une danse ou tout importe et rien n'est important. Ma danse libre.



____________________

Invitée par la cie nathalie béasse : Delphine Demont / compagnie Acajou (Paris)
projet en partenariat avec le CHU et le CNDC
 
résidence dans la cabine du 5 octobre au 16 octobre 2015
ouverture studio le vendredi 16 octobre à 15h00.





La compagnie Acajou vous invite à découvrir son nouveau projet de création “Sous-entendu : nouvelle lune” dans le cadre d’une ouverture de studio proposée le vendredi 16 octobre à 15h au PAD Daviers, suite à une première période de travail menée en résidence au CHU et dans la cabine au PAD en partenariat avec le CNDC.

“Sous-entendu : nouvelle lune” interroge le regard que l’on porte sur le monde, les mots que l’on utilise pour verbaliser ce regard, et les multiples interprétations de notre langage. Les différentes matières explorées durant ces quinze jours de résidence seront partagées sous forme de tableau, chaque présentation étant suivie ou précédée d’un temps d’échange pour expliquer les enjeux que nous avons imaginés et à partir desquels nous avons travaillé.

Conception : Delphine Demont
Danse : Lola Atger, Delphine Demont, Fabien Monrose
Durée : environ 1h.



____________________

 
Invitées par la cie nathalie béasse : Laura Bottereau & Marine Fiquet (Angers / Nantes)



résidence dans la cabine du 6 juillet au 31 aout 2015.

 

____________________


Invitées par la cie nathalie béasse : antoine fraval & augusto corrieri


résidence à la cabine du 22 mai au 30 mai 2015 / présentation le mardi 26 mai à 19h00



When you talk about "The Swimmer" will you talk about yourself?

L’idée de départ est de transposer en 2015 au plateau un film de 1968, The Swimmer, scène par scène et dans le respect de sa chronologie, tout en laissant libre court à l’interprétation artistique au travers de différentes disciplines. Cette performance, dans laquelle le traitement chorégraphique sera essentiel, servira une relecture de l’œuvre originale par deux artistes complémentaires dans leurs approches et leurs interprétations : Augusto Corrieri et Antoine Fraval.

Nous voulons explorer la manière dont les films s’inscrivent dans nos corps, comment des séquences d’images et de sons s’emparent de nos vies. Le corps sera ensuite utilisé dans l’espace pour sculpter le film, pour le ‘refaire’ : il ne s’agit pas simplement d’adapter l’intrigue et les dialogues sur le plateau, mais aussi de travailler avec tous les éléments, y compris le générique. The Swimmer est donc la source clé de notre recherche car il contient quantité de thèmes et de questions ouvertes livrés à notre interprétation.

Notre recherche nous amène à penser que les films ne sont peut-être pas des choses statiques, mais plutôt des processus d’interactions synaptiques qui vivent et respirent, que nous formons et continuons de reformer tout au long de notre vie. Selon le théoricien Stephen Barber, nos souvenirs sont faits de films : on se rappelle “filmiquement”, la formation actuelle du souvenir est indissociable du film et de son language (Abandoned Images).

Ce projet est soutenu par le pad, pépinière artistique daviers, Angers http://le-pad.blogspot.fr/(invitation par la compagnie nathalie béasse), La Fabrique, Nantes http://www.lafabrique.nantes.fr/, Volapük, Tours http://www.levolapuk.org/residents, pact ZOLLVEREIN, Essen, Allemagne http://www.pact-zollverein.de/en/artists-centre, honolulu, Nantes, http://honolulufr.tumblr.com/ , théâtre du champ de bataille, Angers http://www.champdebataille.net/


____________________


Invitée par la cie nathalie béasse : groupenfonction
résidence à la cabine du 7 mai au 12 mai 2015


____________________

PASCALE REMITA

« THE WILD »


Exposition personnelle du 8 avril au 3 mai 2015 - pad/ la cabine
Ouvert les week-ends de 14h à 17h et sur rdv

Vernissage : mardi 7 avril 2015 - 18 h 30






 ____________________

Invitée par la cie nathalie béasse : association EDA (Angers)

résidence à la cabine du 23 mars au 2 avril 2015 / présentation le jeudi 2 avril à 19h30 
à la bibliothèque Toussaint, Angers (entrée libre) 
avec Sarah Pellerin-Ott, Maud Albertier, Joas Chéreau



















TROIS

Nous frapperons les trois coups 
nous ferons en deux temps
trois mouvements
ce sera trois fois rien
mais quand même trois petits tours 
une danse du troisième millénaire
en trois dimensions
l'espaces

Depuis ses débuts, le collectif EDA interroge le rapport entre le corps et l'espace. Le collectif aime à chercher les singularités d'un contexte et inventer une chorégraphie pour celui-ci. Jusqu'ici, le collectif a créé des performances pour des lieux où l'art n'est pas une priorité (supermarché, gare, espace rural, appartement, école, collège, marché...). Pour cette nouvelle création, nous souhaitons procéder autrement : investir et créer pour les lieux de l'art.
Trois est une performance chorégraphique créée pour des espaces où l'art se montre, se partage, s'emprunte.
Les musées, bibliothèques et théâtres... seront nos terrains d'explorations.



____________________

Invités par la cie nathalie béasse : Alvaro Martinez (Angers) & Nathalie Forget (Paris)

résidence à la cabine du 11 au 20 mars 2015 / ouverture studio le vendredi 20 mars 2015 





























Quels sont les rituels auxquels nous participons pour satisfaire nos pulsions grégaires? Comment est structuré un message médiatique conçu pour éveiller l'irrationnel chez le spectateur? Comment se négocie le rapport entre leader et groupe?
Médiums, Média explore l'interaction entre le physiologique et le psychologique chez l'être humain lors de l'émission et la réception d'un message médiatique, en prêtant spécialement attention à la façon dont ces messages sont véhiculés par le son.

L'animal, l'amour, la recherche l'absolu et de la fusion des êtres, émergent  ici des ondes Martenot et de la voix de l'instrumentiste, de l'électronique brut et du langage des organes vitaux.

Conçue par Alvaro Martinez Leon en étroite collaboration avec Nathalie Forget, cette pièce à mi chemin entre musique écrite et performance ouverte  parcourt des degrés divers de modification de la conscience, en cherchant à déclencher un moment de communion profonde avec le public.



____________________

« LES PASSAGERS »

VIVARIUM, atelier artistique mutualisé
Commissariat d'exposition : Jean-Benoit Lallemant
Artistes :  Angélique Lecaille, Damien Marchal, Leslie Chaudet, Mélanie Villemot, Pascal Jounier Trémelo, Robin Garnier-Wenisch


Exposition collective du 11 février au 8 mars 2015 - pad/ la cabine
Ouvert les week-ends de 14h à 17h et sur rdv

Vernissage : mardi 10 février 2015 - 18 h







À l'invitation de Blast, le Vivarium propose, sous la conduite de l'un de ses membres - Jean-Benoit Lallemant - une exposition intitulé « Les Passagers ».
À la manière des informations stockées à l'intérieur d'un serveur, les œuvres de ce regroupement d'artiste s'insèrent dans un volume autonome fait de lin, visible sous la forme d'un subterfuge potentiellement viral.
Reprenant le volume intérieur d'un container de marchandises, la base matérielle de cette exposition intitulée « Collaborative virtual environments », est ici placé comme centre de connexion et de mutualisation de différents savoirs, techniques et récits, greffés par les différents acteurs artistiques du Vivarium.
Les œuvres viennent par capillarité ou opposition se jouer de cet espace au sein d'un autre, structure mobile figé pour un temps au sein d'une structure fixe.

----
www.collectifblast.com
----
http://www.vivarium-online.com
http://www.jeanbenoitlallemant.com
http://www.rgalerie.com
http://www.marchal.biz
http://www.lesliechaudet.com
http://melanie-villemot.tumblr.com
http://www.pascaljtremelo.com
http://robingarnier.tumblr.com



____________________

Invitées par la cie nathalie béasse : Colyne Morange & Stomach Company (Nantes)


résidence à la cabine du 26 janvier au 6 février 2015 / ouverture studio le jeudi 5 février 2015 à 18h30

TRTFF - what can I do to make you love me 




























«  J'ai un rendez-vous professionnel dans un quart d'heure. Je suis prête. Je me suis renseignée sur la structure en question, je sais que je n'ai pas énormément d'expérience mais que j'en ai un peu quand même, et que j'ai aussi un paquet de connaissances sur mon sujet. En gros, je suis ce qu'on peut appeler "qualifiée". J'ai envoyé un courrier, mon CV, préparé un dossier, bref, effectué tout le parcours à suivre pour être là, à cette place là, devant cette personne là, à ce moment là. Je suis à ma place. Donc. » 
Colyne Morange interroge le sentiment d'imposture, dans la vie intime comme dans la vie professionnelle. Elle se lance dans une recherche scénique, "What Can I Do To Make You Love Me ?" pour dé-jouer les ressorts dramatiques de l'imposture, les comportements qui découlent de son sentiment, la fabrique des petites et grandes dissimulations et adaptations au monde. Recherche qu'elle partage avec ses interprètes de Stomach Company, performers, comédiens et danseurs. Comment ne pas se sentir / devenir imposteur aujourd'hui ? C'est la question qui traverse la recherche et la méthode même de travail.
Conception, écriture, mise en scène : Colyne Morange
Dramaturgie : Heike Bröckerhoff
Collaboration artistique et performance : Quentin Ellias, Leslie Henfrey-Smith, Leslie Menahem, Marc Têtedoie.
Accompagnement et soutien : boom'structur (Clermont-Ferrand)
Stomach Company fait partie de la pépinière artistique du projet Fabrique(s). Ce projet est soutenu par la ville de Nantes, La Fabrique, Le TU Nantes, Au Bout Du Plongeoir.

____________________

Invitées par la cie nathalie béasse : Laurie Peschier-Pimont 

& Lauriane Houbey (Paris)


résidence à la cabine du 8 au 23 janvier 2015 / ouverture studio jeudi 22 janvier 2015 à 18h

waving - childhood manifesto
















Un manifeste en temps réel ?
childhood manifesto emprunte la forme de l'abécédaire pour élaborer un manifeste en temps réel.
Ce manifeste enfantin est dédié au devenir du projet Waving, une danse de masse qui expérimente la vague comme forme politique de la joie, et le waving collectif comme élan de communication. La manifestation chorale, le salut scénique sont les mouvements majeurs de la performance. La pratique du surf est un imaginaire potentiel ouvert par l'énergie de la masse.
childhood manifesto questionne l'apparition d'un évènement en temps réel, l'interaction entre la vision artistique et la vision du public, l'espace de jeu et de coexistence entre l'assemblée des spectateurs et l'assemblée des artistes.
childhood manifesto veut toujours recommencer le travail de A à Z.
Il dit : “Je suis l'enfant de mon propre travail”.
Waving devient la bête lumineuse* du childhood manifesto. On commence en construisant une attention, un désir et une narration autour d'un projet, comme on conduire une chasse : en plongeant dans le sombre de la forêt, en guettant les intentions troubles, les urgences souterraines, en foulant les zones d'intensité à la rencontre de l'animal mythique. Une bête de scène ou une masse de scène ?
Le corps de l'artiste peut-il devenir le véhicule, le garant d'un geste collectif ?
Conception : Laurie Peschier-Pimont
Collaboration artistique : Lauriane Houbey
Performance : Laurie Peschier-Pimont et Lauriane Houbey
Documentation
Production : Météores
Coproduction : PAD invitation par nathalie béasse / soutenu par la ville d'Angers
* La bête lumineuse est un film documentaire de Pierre Perrault, 1982.
Le projet Waving est soutenu par le SEPT-CENT-QUATRE-VINGT-TROIS à Nantes, au terme de l'accueil en résidence.
Ont commencé à contribuer au projet Waving les personnes suivantes : Léna Aubert, Matthieu Bajolet, Coline Barraud, Caroline Baudoin, Bojana Bauer, Marine Beelen, Garance Bréhaudat, Lou Cantor, Matthieu Caraby, Sonia Czernichowski, Camille Demarez, Marie-Pierre Ducoq, Maïté Espines, Sophie Gérard, Marie Grier, Elizabeth Gonzales-Celis, Pauline Gourdon, Kevin Hoarau, Elise Hugebaert, Sophie Jacotot, Margaux Langlois, Anne Laurent, Clément Lecigne, Corentin Le Flohic, Lola Legouest, Marion Le Nevet, Béryl Libault-de-la-Chevasnerie, Diego Lloret, Camille Lorrain, Johann Maheut, Alexis Maurice, Maxime Mestre, Ilan Michel, Carolyne Molusson, Anna NGuyen, Raphaëlle Paule, Julie Perot, Maud Pizon, Claire Pottie, Mathilde Rance, Delphine Rive-Vivier, Enora Rivière, Manon Rolland, Julie Salgue, Lina Schlageter, Pauline Simon, Baptiste Sorin, Iris Tlemsamani, Nadège Tran, Christophe Trevino.
Météores est une constellation artistique ainsi qu’une interface de partage, de mutualisation, d’accompagnement et de production chorégraphique, fondée par Emi Sri-Hartati Combet, Aline Landreau, Laurie Peschier-Pimont et Agnieszka Ryszkiewicz.
www.meteoresproduction.tumblr.com







____________________


Invitées par la cie nathalie béasse : Thomas Fourneau (Marseille) et Aleksandra Osowicz (Pologne)


résidence à la cabine du 24 novembre au 5 décembre 2014 / ouverture studio jeudi 4 décembre à 17h

a never ending story
















Une cuisine, ou tout de moins l'esquisse d'une cuisine où rien ne serait vraiment à sa place. Les placards n'y auraient pas de fond, le four servirait de porte d'entrée et dessous la table il y aurait la mer. Un homme et une femme, un couple, ou tout du moins ce qu'il en reste.
Elle apparaît en sortant du four, sert la soupe, lui parle dans une langue qu'il ne comprend pas, chante "Love is blue" de Claudine Longuet, danse avec un mannequin caché dans le placard, regarde de vieilles diapositives et enfile sa robe du dimanche. Il est en sang de la tête aux pieds, ne dit rien, mange sa soupe, chante " love is blue" avec elle, est avalé par son assiette, met son plus beau costume, l'embrasse et l'embrasse encore...A la fin, ils débriefent ensemble, face public et le plus sincèrement possible. Ce projet est né de la rencontre d'Aleksandra Osowicz et Thomas Fourneau lors d'un laboratoire d'artistes au Portugal en 2012. Elle est danseuse, photographe et  plasticienne.  Il est metteur en scène, vidéaste et comédien. Au beau milieu de cette joyeuse colonie de vacances pour créateurs européens, ils jettent les bases d'un projet dans un cadre vanal. Personne ne fait attention à lui, ou plutôt personne ne semble voir première matière de leur travail avec au centre cette question : comment finit on souvent par se retrouver absolument seul lorsqu'on se doit d'être absolument ensemble?


____________________

Invitée par la cie nathalie béasse : Miss High Leg Kick (Angleterre)
  


résidence à la cabine du 13 novembre au 21 novembre 2014

audition















Ce projet a pour but de recréer des scènes de danse de cinéma avant les années 1990 pour créer des performances. Je travaille actuellement sur un large format de recréation d'une danse du film 'Chorus Line' (scène d'audition, 1980), avec 50 danseurs invités. Je veux développer cette idée pour utiliser d'autres scènes iconiques qui m'inspirent, par exemple 'La Boum' (1980).

Miss High Leg Kick :
Mon travail est hors les murs et a pour but de réunir toutes sortes de spectateurs. Je suis particulièrement intéressée par la dynamique de 'crowd building' et la création de vrais évènements publics, dans une approche humoristique, glamour, par contraste avec des évènements d' "art public", comme inaccessible. Je vois mon travail d'approche en  performance dans son universalité, en créant des pièces qui sont très accessibles et qui célèbrent le quotidien.
Projet soutenu par l'Arts Council England. 




____________________

Invitées par la cie nathalie béasse : Laura Bottereau & Marine Fiquet (Angers / Nantes)



résidence dans la cabine du 13 octobre au 6 novembre 2014 / portes ouvertes le 22, 29 octobre et le 5 novembre de 15h à 18h / ouverture studio jeudi 6 novembre 2014 à 18h00



l'ennui des jeunes corps







____________________

« LA MACHINE A COUDER LES BANANES »

Marine Combes, Aurélie Ferruel, Florentine Guédon, Lohengrin Papadato, Déborah Pottier, Stéfan Tulepo

Exposition collective du 13 septembre au 5 octobre 2014 - pad/ La Cabine
Ouvert les week-ends de 14h à 17h et sur rdv

Vernissage/ performance : vendredi 12 septembre 2014 - 18 h 30





____________________

David Lihard

« Mylar »

Exposition du 13 mai au 8 juin 2014 - pad/ La Cabine

Ouvert les week-ends de 14h à 17h et sur rdv
 



____________________

Invité par la cie nathalie béasse : Groupenfonction (Bruxelles)


résidence à la cabine du 24 au 30 mars 2014 / présentation le samedi 29 mars 2014 à 18h

Mobile(s) - Etape de recherche


Mobile(s) est pensé comme un jeu qui se donnerait en un spectacle toujours unique, puisqu'extrêmement dépendant des états et stratégies de ses participants au moment où il se joue, du hasard des modifications de son environnement, ainsi que des règles changeantes qui en déterminent la hiérarchie, les interdépendances, les connections entre joueurs.
Chacun y poursuit un objectif personnel, dont les étapes de construction sont définies au préalable. L'intérêt spectaculaire réside dans les ajustements permanents que les participants se voient contraints d'opérer dans la poursuite de leur propre parcours, et qui les révèlent.
Nous vivons en accord – ou non - avec les règles de tels jeux au quotidien. Ils sont complexes pour tout Homme : quel sens donner à soi, et comment l'affirmer dans une nuée d'autres tout en étant au bon endroit, au sens propre comme au sens figuré, au bon moment.
Conception : Boris Hennion
En collaboration avec Emilie Labédan, Denis Robert, Roberto Martínez
Performance : Boris Hennion, Emilie Labédan, Denis Robert (sous réserve), Roberto Martínez



____________________

Invité par la cie nathalie béasse : Augusto Corrieri (Angleterre)


résidence à la cabine du 24 février au 8 mars / présentation le vendredi 7 mars à 18h30

progress report on a demolished theatre



Augusto Corrieri, “performance artist” et écrivain, donnera une présentation de 30 minutes sur le Dalston Theatre situé à Londres, un bâtiment Victorien démoli en 2007 et remplacé par un centre commercial
et résidentiel.
Une partie consiste en l’investigation d’une disparition urbaine, l’autre est de l’ordre du conte poétique et humoristique. Corrieri utilise des photos, des narratives en première personne et de la recherche historique pour accéder à ce théâtre perdu : les formes et les structures invisibles de ce théâtre à l’italienne sont-elles encore présentes sur le site lui-même? Dans l’air? Dans le nouveau Starbucks? Dans les centres de gym résidentiels? Comment s’adresser à un lieu qui n’a plus d’adresse? 
La présentation fait partie du projet In Place of a Show, une enquête sur des espaces de théâtre qui ont été vidés de leur fonction principale: des théâtres dénudés, préservés comme des musées ou démolis.

www.augustocorrieri.com




____________________

Invitée par la cie nathalie béasse : Agnieszka RYSZKIEWICZ (Paris)


résidence à la cabine du 28 janvier au 14 février 2014 / présentations : 7 et 8 février (réservation 06 49 07 97 92)

















Je propose une rencontre un à un, entre un(e) Danseur(euse) et son public. En s’appuyant sur le répertoire de la lap dance (danse-contact) ; par définition liée a l’industrie pornographique avec ses rôles très précis et figés ; je propose d’explorer à deux les glissements qui opèrent sur la relation entre les deux corps.
Une mise en abîme d’un vocabulaire pré-établi par des codes socioculturels peut se produire en forçant le trait.
Nous sommes amenés à explorer activement les rôles qui nous ont souvent imposés par les différents cadres : ceux de l’entreprise pornographique, du spectacle, d’un rendez-vous…
Peut-on chorégraphier une relation ? Des sensations ? Des émotions ?



____________________

Invitée par la cie nathalie béasse : Laure Chartier & Freija Wouters (Angers & Anvers)


résidence à la cabine du 18 novembre au 30 novembre 2013 / ouverture studio le vendredi 29 novembre 2013 à 19h00

same same... but different...








Performance sur la transformation du vivant.
Freija  Wouters et Laure Chartier fabriquent leur jumellité imaginaire dans un laboratoire qu'elles nomment "SAME SAME...but different...".
Elles y développent une recherche autour du vêtement:
Le vêtement comme peau, habitat, corps après corps, vie après vie.
Le vêtement en voyage à travers le temps, l'espace.
Le vêtement comme linceul sacré.
DEMAIN ? est un des espaces du triptyque textile et théâtral  qu'elles élaborent .
fascinées par le transitoire d'une forme, par les cycles de vie et de mort,
elles s'activent pour partager avec le public ces moments où la vie entre ou s'échappe de la matière, en choisissant la performance et l'acte plastique.



____________________

Invité par la cie nathalie béasse : Pep Garrigues (Paris)


résidence à la cabine du 30 octobre au 13 novembre 2013

la vie des monstres











Dans un premier temps, j’ai commencé à explorer l’idée du camouflage. La disparition dans un espace concret. Dans la nature, les animaux et les plantes adoptent des formes improbables, même monstrueuses pour se fondre avec son environnement. Et cette forme dépend aussi de la physiologie et du comportement de ces organismes.
Ces créatures sont, à mon avis dans une situation « entre deux » : c’est un papillon, mais moi je vois deux feuilles sèches et a moitié pourries au pied de l’arbre.
Ensuite je me suis trouvé dans un studio de danse sans fenêtres, du parquet noir, les murs peints en noir. Tour autour est noir. Pas moyen d’adopter n’importe quelle forme pour disparaître. Sauf si je devenais une ombre…Mais l’ombre de quoi ?
Je me suis posé la question de l’espace : qu’est que c’est que cette espace noir ? En fait c’est un espace « neutre » dans lequel on peut ajouter des artifices pour qu’il devienne n’importe quel lieu concret ou abstrait. 
Avec « la vie des monstres » je veux développer mon idée du monstre qui habite en nous, ce sont nos peurs, nos désirs les plus cachés qui font partie de notre jardin secret, nos excès, la façon dont on vit dans le présent mais avec le poids du passé…




____________________

Invitées par la cie nathalie béasse : Clarisse Chanel & Marcela Santander (Paris)

résidenceà la cabine du 9 septembre au 20 septembre 2013 / ouverture studio jeudi 19 septembre 2013 à 19h

something around the sound












« Something around the sound » est né de la rencontre entre deux artistes chorégraphiques et deux musiciens. Choisissant la boucle comme principe de
 composition commun, ils s'intéressent aux différentes modulations d'une 
même matière. Partant d'un simple motif sonore et gestuel, ils explorent 
l'étendue de ses transformations. Répétition, superposition, distorsion sont autant de chemins possibles pour la dérive. Au fur et à mesure que les boucles se construisent et se détériorent, une fiction à quatre émerge. Dans cette errance entre sons et images, la relation à l'autre s'éprouve.
clarisse chanel et marcela santander / chorégraphie et interprétation
baptiste dupaigne et maya garcia / composition sonore et interprétation
julie gouju / dramaturgie

Ce projet est soutenu par la Ville dʼAngers et le Conseil général du Maine et Loire, le CHU d’Angers et le CNDC d’Angers.




____________________

Laurent Moriceau
"Si nous devions fuir"
Exposition du 18 mai au 9 juin 2013 dans la Cabine
 

Vernissage mardi 14 mai 2013
à 18h30 dans la Cabine

 
Ouvert les week-ends de 14 h à 17 h
et sur rendez-vous au 06 86 78 81 31


____________________

Invitée par la cie nathalie béasse : Sandrine Weiss (Angers)


résidence à la cabine du 26 au 29 mars et du 22 au 27 avril 2013 / présentation samedi 27 avril à 19h30




Une silhouette noire, mi-homme mi- animale convoque  les figures lointaines et présentes de la « Petite » : une bouchère infanticide, une vieille dame muette, une mère ballerine…Le décor est à la fois une boîte magique, un cadre, un écran d’où  jaillissent  les personnages qui perdent leur équilibre, basculant dans une folie onirique les révélant à eux-mêmes sous le regard complice de la Petite…Ici on danse, on chante, on parle, on se couvre de sang, bref on joue la comédie dans un joyeux maelstrom baroque.



____________________






Charles Coturel

Exposition du 1er mars au 24 mars 2013 dans la Cabine

Vernissage jeudi 28 février 2013
à 18h30 dans la Cabine




Ouvert les week-ends de 14 h à 17 h
et sur rendez-vous au 06 77 69 56 53



____________________

Invitée par la cie nathalie béasse : wilfried nail 


résidence à la cabine du 4 au 21 février 2013 / présentation jeudi 21 février à 19h30


















« Qu'est ce qu'il s'est passé ? » est la question que l'on peut se poser devant les « sculptures-filmées »  telles que Manque ou Indolente : le corps semble pris au piège par le jeu trouble (entre innocence et perversité), d'un enfant qui ne testerait plus ces supplices sur des insectes mais sur des individus. La situation apparaît alors étrange comme si un je-ne-sais-quoi avait dérapé.

Cette série de sculptures-vivantes sont des hybridations d'objets, de machines domestiques et de corps humains mis en scène: tel un monolithe blanc un frigo émerge de la pénombre et domine un homme allongé, cloué au sol par les pylônes soutenant le circuit d'un train électrique en marche. Comme des broches chirurgicales externes, les  tiges métalliques des pylônes s'enfoncent dans la chair de l'homme.

Avec cette série de « sculptures », je crée des dispositifs à l'intérieur desquels s'opère un glissement du corps instrumentalisé  au corps objet. J'utilise le corps non pas comme sujet mais comme médium, pour réaliser des sculptures-vivantes éphémères, l'assujettissant à des situations de contraintes physiques.

Je suis aussi plasticien sonore, mes installations selon différentes alliances, interagissent avec le corps et nécessite son intervention pour qu'elles révèlent leur présence acoustique.

En février je travaillerai à la mise en scène, la réalisation de deux sculptures-vivantes et de leur film,  sur la scénographie d'une exposition dans le lieu, incluant  également trois autres sculptures-filmées.